Suppression du compteur de likes : quelles sont les nouvelles mesures à prendre en compte ?

Cet été, Instagram a commencé à expérimenter la suppression du compteur de likes afin de créer un "environnement plus sain" et mettre moins de pression sur les épaules des créateurs de contenus, marques et influenceurs.

En éliminant son unité de mesure phare, Instagram a amené les spécialistes du marketing d'influence à repenser complètement leur stratégie digitale. 

Pour rappel, la société détenue par Facebook domine l'écosystème mondial du marketing d'influence. Business estimé à 8 milliards d'euros en 2019. Celui-ci devrait encore grimper à 15 milliards de dollars d'ici 2022, selon Business Insider Intelligence.

Depuis sa création, les annonceurs ont été conditionnés à prendre en compte le nombre de followers et les likes comme KPI prioritaires de toute campagne digitale. En moyenne, on parle de taux d'engagement «  suffisant »  lorsqu'il atteint 2% à 3%, et, «  excellent »  lorsqu'il dépasse les 5% à 6% dit Lexie Carbone, responsable des campagnes marketing chez Later Media. 

Malheureusement ce KPI devra changer en 2020.


En effet, les agences et spécialistes du marketing ont déjà commencé à demander aux influenceurs des données plus significatives : cela comprend des données démographiques sur les followers (le lieu, l'âge et le sexe…), ainsi que les impressions hebdomadaires et encore le nombre de comptes touchés.

Les marques se concentrent également davantage sur les stories Instagram, qui, en janvier, comptaient plus de 500 millions d'utilisateurs actifs quotidiens. Les mesures de performance des Stories ont toujours été privées, mais elles sont devenues un format majeur dans une stratégie d’influence. Les marques se réfèrent à des indicateurs nouveaux, comme le taux de clic des swipe up, les interactions avec les stickers ou encore les taux d'achèvement des stories pour juger de la pertinence d'une campagne.

Cela ne fera que s’accélérer ! À présent, les marques tiennent compte de l'engagement qualitatif et des interactions dites «  plus sincères »  (partage, commentaire, tag).

Cependant, il existe le risque qu’une fois le compteur de like définitivement retiré, les marques se contentent d’analyser le nombre de followers visibles et en fasse un KPI prioritaire. En plus de faux followers, de nombreux services vendent à présent de faux likes et commentaires. Un nombre élevé de likes n'est donc plus vraiment une garantie de visibilité et d’engagement.

Les marques devront également se concentrer sur la recherche d'influenceurs qui leurs correspondent vraiment en tenant compte, non seulement du nombre de personnes qu'elles touchent, mais aussi de qui elles touchent. Une personne ayant un nombre de followers limité pourrait être suivie par des profils qualitatifs. Une marque de vêtements qui cherche une couverture dans la presse spécialisée fera mieux d'employer des micro-influenceurs avec un rédacteur de mode qui les suit, plutôt qu'un influenceur avec un public important mais moins orienté mode.

Suite à la suppression du compteur de likes, les marques et les influenceurs ne devront plus penser à la quantité de personnes touchées, mais devront se recentrer sur des KPI plus qualitatifs.


Plus d'articles du même thème : INSTAGRAM VEUT DEVENIR UN MATCHMAKER